• rencontrelafemme.com
    • leplancul-facile.com
      • desir-intense.com
        • Récit sexuelle : Un amant qui tombe à pic


          Mon histoire érotique est celle d’une femme mariée qui se sent seule mais qui grâce au destin fait une belle rencontre. (A retrouver parmi d’autres récits de salopes sur Dialogue69.com)

          Mon époux qui ne jure que par le foot, la bière et ses copains, a la fâcheuse tendance d’oublier qu’il a une femme, et que celle-ci a besoin d’attention ne serait-ce que pour sa foufoune. De plus, mon conjoint qui a la libido presque aussi enflammée que celle d’un mort-vivant ne sait que me baiser en missionnaire. Quel ennui ! Durant la période coupe du monde, les choses se sont encore plus dégradées. Monsieur ne parle que de matchs et de statistiques et passe le plus clair de son temps avec ses potes. Je savais qu’un jour de finale de coupe du monde il ne poserait même pas le regard sur moi, alors j’ai prétexté une sortie chez une amie. Je décidais plutôt de répondre à l’invitation d’un mec que j’avais rencontré par hasard, espérant au moins me changer les idées avec une belle discussion.

          Un rendez-vous érotique

          Julien m’avait donné rendez-vous dans son appartement car il souhaitait me montrer ses peintures. Je n’ai jamais eu de faible pour les artistes, mais j’avoue que j’étais curieuse de mesurer son talent. A mon arrivée, j’eue une agréable surprise en m’apercevant qu’il était réellement doué. Mon regard se posa sur la peinture magnifique d’une dame nue. Il me demanda si je voulais servir de modèle. Un peu gênée au début, j’ai fini par accepter sa proposition à force de belles paroles. Si je pouvais être la muse du futur Picasso au moins j’aurai fait quelque chose de ma vie. Je retirai donc tous mes vêtements et il commença à faire mon portrait pendant que j’étais à poil comme un vers.

          Une session érotique au-delà de mes espérances

          Julien s’avança vers moi d’un air vicieux et me demanda s’il pouvait me lécher la chatte. J’attendais qu’il fasse le premier pas, car bien qu’intéressée je ne m’étais pas déshabillée que pour la peinture. Il se mit donc à me caresser la fente avec sa langue, et je mouillais comme une folle. Jamais mon idiot de mari ne m’avait fait ressentir cela. J’étais de nouveau femme, car je sentais qu’au plus profond de lui-même, il me désirait avec ardeur. Loin d’être timide il me montra son membre dur comme la pierre et me demanda de le prendre en bouche. Je le suçais avec avidité, puis une fois le désir à son paroxysme, il enfonça sa queue en moi et se mit à me défoncer avec ardeur. Je gémissais et jouissais comme jamais, les draps étaient inondés de cyprine puis je senti son sperme chaud se déposer sur mon ventre. Jamais je n’avais ressenti autant de plaisir de toute ma vie.